Paroles de chansons

Isabelle Boulay - Le train d'après paroles lyrics

La langue: 
Artiste: 

Le train d'après

Montre moi d'autres pays
Chez moi les rires
La mer se figent
Et chante moi tes mélodies
Je ne connais que des airs tristes
Montre moi d'où vient la pluie
Qui fait fleurir les marguerites
Mes plus belles choses n'ont pas d'abri
Voilà pourquoi l'amour s'effrite
 
Et parle moi de qui je serais
Si j'avais choisi l'autre trajet
Montre moi qui je serais
Si j'avais pris le train d'après
 
Parle moi des oiseaux-lyres
 
Ceux qui ne connaissent pas l'ennui
De voir le ciel de par la vitre
D'attendre la mort
Pour enfin vivre
J'ai toujours mes rêves de jeunes filles
Ceux là qui parlaient de partir
De laisser la maison vide
Refuser de tout voir vieillir
 
Parle moi de qui je serais
Si j'avais choisi l'autre trajet
Montre moi qui je serais
Si j'avais pris le train d'après
 
Parle moi de qui je serais
Si j'avais choisi l'autre trajet
Si j'avais pris le train d'après
 
Isabelle Boulay - Le train d'après sur Amazon
Isabelle Boulay - Le train d'après Regarder sur YouTube
Isabelle Boulay - Le train d'après Écouter sur Soundcloud

Plus de paroles de cet artiste: Isabelle Boulay


Avec les icônes sur la barre latérale droite, vous pouvez regarder, écouter ou acheter en ligne Le train d'après paroles fichier de musique ou CD.

Si vous souhaitez télécharger cette musique, vous pouvez cliquer sur licône mp3 sur la barre latérale droite.


Usage personnel ou éducationnel. Isabelle Boulay paroles copyright est le propriétaire de cette chanson.



Plus de paroles

It Keeps Right on A-Hurtin'

I cry myself to sleep each night
Wishing I could hold you tight
Life seems so empty since you went away
And the pillow where you lay your head
Now holds my empty dreams instead
And it keeps right on a-hurting
Since you're gone

It keeps right on a'hurting every minute of the day
Every hour you're away I feel so lonely
And I can't help it, I don't think I can go on
And it keeps right on a-hurting since you're gone

They say a man ain't supposed to cry
But when I see you passing by
My heart breaks down and cries a million tears
The pillow where you lay your head
Now holds my empty dreams instead
And it keeps right on a-hurting since you're gone

It keeps right on a'hurting every minute of the day
Every hour you're away I feel so lonely
And I can't help it, I don't think I can go on
And it keeps right on a-hurting since you're gone
Yes, it keeps right on a-hurting since you're gone

Les Dalton

Ecoutez, bonnes gens, la cruelle
et douloureuse histoire des frères Dalton qui
furent l'incarnation du mal; Et que ceci serve d'exemple à
tous ceux que le diable écarte du droit chemin.
 
Tout petits à l'école;
1.A la place de crayons ils avaient des limes
En guise de cravates des cordes de lin
Ne vous étonnez pas si leur tout premier crime
Fut d'avoir fait mourir leur maman de chagrin.
 
(Refrain Regular smile
TAGADA TAGADA, VOILA LES DALTON,
TAGADA TAGADA, VOILA LES DALTON,
C'ETAIENT LES DALTON
TAGADA TAGADA, Y'A PLUS PERSONNE;
 
Les années passèrent;
2.Ils s'étaient débrouillés pour attraper la rage
Et ficeler le docteur qui faisait les vaccins,
Et puis contaminèrent les gens du voisinage,
S'amusant à les mordre, puis accusaient les chiens.
 
(Refrain)
 
Ils devinrent des hommes;
3.Un conseil, mon ami, avant de les croiser,
Embrasse ta femme, serre-moi la main,
Vite sur la vie va te faire assurer,
Tranche-toi la gorge et jette-toi sous l'train !
 
(Refrain)
 
Mais la justice veillait;
4.Comme tous les jours leurs tête augmentaient d'vingt centimes,
Des centimes américains;
Qu'ils étaient vaniteux et avides d'argent,
Ils se livrèrent eux-mêmes pour toucher la prime,
Car ils étaient encore plus bêtes que méchants.
 
(Refrain)
 

Fields In Flames

They rode
Those two hundred men
Narrow roads
Through this dark cold land
 
They burnt all villages
They raped and destroyed
Took gold, silber and coins
 
Taxes to King was their mission
But pain and sorrow they left behind
They drank all booze
They stole and killed
Fields in Flames and
Families without homes
 
Men with their golden swords
Horses' armoured heads
Iron harassed hard
Blades of weapons slashed
In silence the village lie down
Hearts bleeding morbid sorrow
 
One man of these men of the death
One man, broke down
Down he went with insanity
Down man, lunatic
 
He lit the fire under the house
You could only see his feet
He burnt away his insanity
Burnt away those memories